Ces écoles pas comme les autres

CesecolesConfrontés au discrédit qui frappe l’Éducation nationale, nombreux sont ces parents à la recherche de l’école idéale pour leurs enfants. Existe-t-elle seulement ? Et si, justement, le mammouth n’était pas celui que l’on croit ? Et si les méthodes alternatives d’enseignement (Montessori, Freinet, écoles privées hors contrats…) n’étaient plus réservées aux plus fortunés ? Des écoles pas comme les autres qui aujourd’hui accueillent plus d’un petit Français sur six.

Peter Gumbel nous fait visiter une maternelle (publique) aux accents Montessori à Gennevilliers, la demeure d’une famille adepte du homeschooling à Nîmes en passant par le lycée américain de Saint-Cloud et le Microlycée 93 de La Courneuve destiné aux « décrocheurs ». Une année durant, il a arpenté la France afin de comprendre ce qui pousse les parents à vouloir autre chose pour leurs enfants, observer l’approche pédagogique de ces profs atypiques et mesurer les résultats des élèves.

Site internet du livre

Ancien grand reporter pour Time Magazine et The Wall Street Journal, Peter Gumbel est l’auteur d’On achève bien les écoliers (Grasset, 2010) et d’Élite Academy, enquête sur la France malade de ses grandes écoles (Denoël, 2013). Installé avec sa famille en France depuis de nombreuses années, il est parfaitement bilingue.

Lire l’introduction du livre en PDF


« Montessori, écoles libres, microlycées, école à la maison…
Peter Gumbel a sillonné la France des écoles alternatives.
Mais le journaliste d’origine britannique ne se contente pas d’énumérer les options à disposition des déçus de l’éducation nationale. Il se penche sur les raisons de la crispation d’un pays entier sur un système scolaire qui a selon lui prouvé ses limites.
Comme son précédent ouvrage, Elite Academy (Denoël 2013), ce livre est enrichi par la perspective anglo-saxonne de son auteur, qui ne masque pas sa sidération devant les contradictions d’une école à la fois sévère et inefficace. L’Etat a bien conscience de manquer d’inventivité, mais il se méfie des alternatives. Fait rare, l’école française est à la fois juge et partie de son propre fonctionnement, qui devient alors difficile à évaluer, donc à réformer. Néanmoins l’autre ne dénigre pas la France, au contraire: son panorama des écoles dissidentes est un formidable hommage à ses capacités de réinvention.
 »
Le Monde des livres- septembre 2015

Autour du thème : Ces écoles qui rendent nos enfants heureux, Antonella Verdiani, Actes Sud, 2012

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account