« La paix ça s’apprend ! »

couv-la-paix-ca-sapprendC’est un très bel ouvrage qui est paru début novembre chez Actes Sud : « La paix ça s’apprend, guérir de la violence et du terrorisme », co-écrit par Thomas d’Ansembourg, psychothérapeute spécialisé dans la communication non-violente, auteur de nombreux livres en la matière, et David Van Reybrouck, historien, dramaturge et écrivain belge, auteur lui aussi de nombreux ouvrages.

Ces deux amis ont souhaité réagir suite aux attentats de Paris et Bruxelles et « apporter ensemble une réaction positive », c’est ainsi qu’au fil des 85 pages, ils dialoguent autour de la notion de paix, une paix universelle mais surtout une paix durable, collective et bien entendu : intérieure. Comme ils l’expriment aussi, se mettre alors en action fut, sur le moment, un moyen de sortir de la torpeur, en partageant leur vision et aussi leur cheminement, leur expérience.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : la notion de paix une fois posée, comment la partager et lui donner sens, pour que chaque citoyen ayant entre ses mains ce livre puisse se retrouver dans la vision proposée ? Les deux auteurs dialoguent au gré de leurs propres expériences, et insistent bien entendu sur l’importance de « cultiver notre intériorité citoyenne ». Un titre de sous-chapitre l’indique clairement : « un citoyen pacifié est un citoyen pacifiant ».

 » Nous sommes en effet convaincus que si les différents et les conflits sont inévitables, la violence elle est une vieille habitude évitable dont nous pouvons apprendre à nous déprogrammer.

Et nous voulons, dans ce petit livre de 85 pages, témoigner de ceci : nous disposons – pour nous pacifier, pacifier nos rapports et rendre nos conflits féconds – de moyens d’apprentissage dont la pertinence et l’efficacité ne sont plus à prouver. Toutefois ces moyens demeurent largement ignorés tant du grand public que de la plupart des personnes disposant d’un pouvoir d’impact (dirigeants politiques et responsables des grandes institutions, enseignants et responsables de l’enseignement de tous niveaux, médias et journalistes, responsables religieux,…). Ces personnes ne contribuent donc pas à les faire connaitre et à les mettre à disposition du grand public, bien que la solitude, la misère relationnelle, l’agressivité récurrente, la dépression, le « burn out », la perte de sens et les mécanismes compensatoires divers soient le quotidien de nombre de nos contemporains.

De plus en plus de personnes aujourd’hui réalisent que la connaissance de soi, l’intelligence émotionnelle, le développement de l’empathie, l’éveil du discernement sont des enjeux d’intérêt et de santé publiques qui devraient faire partie de l’enseignement depuis la maternelle et devraient figurer dans les habitudes de fonctionnement de tout groupe humain comme une hygiène de base. Les récents événement nous font clairement comprendre qu’on est loin d’un enjeu de simple développement dit personnel, mais face à un enjeu de sécurité publique et de développement social durable. »

Une lecture à ne surtout pas manquer !

Pour aller plus loin :

le site de Thomas d’Ansembourg, le suivre sur sa page Facebook

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account