Ouverture de l’Ecole du Domaine du Possible

Une école dans les locaux des Editions Actes Sud.Programme_ 23 sept 20 oct_EduP2-2

Trente-et-un enfants se sont donnés rendez-vous le 7 septembre 2015 à 8h30. Nous les avons rencontrés chacun comme une promesse d’avenir. Ils nous ont apporté leur attente, visible ou invisible. Ils sont prêts. Les enfants sont toujours prêts, car ils ne cessent de se préparer secrètement. Ils regardent devant, simplement. Et c’est là qu’ils aiment nous trouver, prêts à accueillir ce qu’ils veulent devenir !

Le 5 septembre, journée inaugurale de l’école, fut jour de fête, l’instant qui précède le voyage. Ce moment particulier de l’inauguration aura été une dédicace à l’esprit d’aventure, de découverte et d’imagination ! Hymne aussi à l’esprit de disponibilité, pour accueillir chaque enfant dans sa fragilité, sa candeur, mais fort de ses attentes et de son désir de grandir et de se transformer.

[…]

L’école du Domaine du Possible, comme l’école Steiner-Waldorf en général, voudrait donner sa chance à chaque enfant, accueillir toutes les différences qui sont une richesse à cultiver. Et notamment les enfants dits différents doivent trouver leur place à l’école et sont pour elle un enrichissement, car leur présence bien accompagnée est facteur d’ouverture et invite à coopérer. L’égalité en terme de savoirs est une illusion.

L’épanouissement et le bien-être des élèves ne peuvent davantage être un but en soi ; ils peuvent favoriser les apprentissages, mais ne suffisent pas à construire l’aptitude à la résilience, la capacité à transformer les résistances de la vie en occasions d’apprendre, de créer, d’agir avec confiance.

Ces compétences doivent être exercées tous les jours, et peuvent l’être dès lors que la vie réelle entre dans l’école. Dans la vie réelle, on n’apprend pas pour plus tard ! Apprendre et agir sont intimement liés. Les disciplines de l’apprentissage académique ne sont en elles-mêmes pas abstraites car elles permettent de se situer mieux dans l’existence, dès lors qu’elles sont transmises par des professeurs, des artistes, des personnes de terrain qui en sont imprégnées. Dès lors aussi qu’elles permettent à chaque enfant de les vivre comme des expériences, de créer en lui un lien profond à celles-ci, qui puisse grandir avec lui. Car la conscience des enfants est en constante transformation. Les savoirs trop achevés sont comme des pierres trop lourdes à porter. Ils doivent pouvoir être découverts puis redécouverts toujours de façon nouvelle et évolutive.

Henri Dahan, Délégué Général de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account