Apprendre le bonheur à l’école

L’école et les professeurs, acteurs du bonheur de leurs élèves

Quand je suis allé à l’école, ils m’ont demandé, ce que je voulais être quand je serai grand. J’ai répondu « Heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question. J’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.

Le souhait d’être heureux exprimé par John Lennon est celui partagé par tous les parents du monde. Mais si cela devenait aussi l’affaire des enseignants ? L’école est un lieu essentiel de la vie des élèves, et à ce titre, elle doit s’attacher autant au développement des performances académiques qu’à l’épanouissement des personnes en devenir que sont les élèves, être un lieu de réussite intellectuelle ET un lieu d’apprentissage de la vie. L’école ne doit pas négliger le bien-être émotionnel de ses élèves, essentiels à un bon apprentissage. Et elle ne devrait pas s’en priver, puisqu’une étude récente confirme le lien entre bien-être et performance (1).

Apprendre le bonheur, c’est nécessaire, possible et bénéfique!

Nécessaire

De nombreuses études récentes dressent un tableau noir de notre école française (PISA 2013). Le diagnostic est clair et malheureusement sans appel : elle est malade et ses symptômes sont nombreux, durables et empirent. Nos élèves occupent le 2ème rang après les élèves japonais au niveau du stress ressenti, le 23ème sur les 30 pays de l’OCDE au niveau du bien-être éducationnel et le 22ème pour la qualité de la vie scolaire (2).
Revendiquer le droit à une éducation heureuse ne doit pas être tabou. Rappelons que le bien-être est un des droits de l’enfant (Convention internationale des droits de l’enfant de l’ONU, 1989) et que l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine (Article 26 Déclaration des droits de l’homme de 1948).
Répondre à cette chute spectaculaire et  progressive de l’état de bien-être scolaire des élèves français durant leur scolarité (Fenouillet, 2013) est donc plus que nécessaire (3).

Possible

Apprendre le bonheur à l’école est possible, des programmes d’éducation positive existent. Ils donnent aux élèves des compétences et des outils pratiques et utiles pour vivre bien, faciles à comprendre et pouvant être appliqués au quotidien.
Des études bien contrôlées prouvent de manière substantielle que les compétences qui augmentent la résilience, l’émotion positive, l’engagement et la signification peuvent être enseignées aux écoliers (4).

Bénéfique

Ces programmes d’éducation positive, basés sur les apports de la recherche en Psychologie Positive, sont une réponse de taille au mal-être des élèves puisque leurs bénéfices sont scientifiquement prouvés.
Les dernières données d’une recherche sur un programme de Well-Being (Bien-être) conçu et originellement testé au Royaume-Uni par Ilona Boniwell et Lucy Ryan (5), indiquent un effet positif du programme sur la satisfaction de la vie, les relations sociales et les émotions positives des élèves (6).

Comment ?
Depuis octobre, je supervise l’expérimentation et l’adaptation de ce programme dans plusieurs écoles françaises, publiques et privées. Cela représente une vingtaine de classes de CM1 et de CM2, soit plus de 500 élèves au total, âgés entre 9 et 11 ans.

Description et modalités de mise en œuvre

Après une formation de 2 jours assurée par Ilona Boniwell, les enseignants -tous volontaires- enseignent le programme qui comprend 6 à 36 leçons regroupées en 6 séquences : un être positif, un corps positif, les émotions positives, un état d’esprit positif, une direction positive et les relations positives.

Chacune des leçons est bâtie comme une fiche de préparation pédagogique, répertoriant ses objectifs, sa durée, le matériel nécessaire, son déroulement et les résultats de la recherche qui la sous tendent. Des références et des lectures supplémentaires sont proposées dans chaque leçon pour approfondir les apports de la recherche ainsi que de nombreux outils pour la mener à bien : power points, vidéos, images et fiches pour les élèves (enquêtes, questionnaires, exercices etc.).

Une leçon d’une à deux heures tous les 15 jours est organisée dans les classes et des réunions régulières d’harmonisation et d’évaluation sont animées par moi-même.

Les objectifs poursuivis par le programme sont les suivants :
– Améliorer l’état de bien-être des élèves en développant les compétences qui le permettent : la confiance en soi, la concentration et la motivation, les émotions positives, l’estime de soi, les relations sociales, l’adaptabilité, le développement d’un esprit ouvert et flexible, la conscience et la connaissance de ce qui est bon pour son corps (alimentation-sommeil-exercice-la pleine conscience), la résilience etc.
– Améliorer le climat de classe en favorisant l’écoute active, l’empathie, la gentillesse, la gratitude etc.
– Préparer le passage au collège.
– Développer la capacité des enseignants à intégrer une dimension psycho-sociale dans leurs pratiques pédagogiques, sans entrer dans le domaine de la psycho-pathologie.

Premiers résultats

L’expérimentation est trop récente pour pouvoir en tirer des conclusions hâtives et définitives, mais des effets positifs sont constatés par l’ensemble de la communauté éducative (enfants, enseignants, direction et parents).

Cette première évaluation, effectuée à l’aide de questionnaires qualitatifs et d’entretiens individuels, intervient à plusieurs niveaux:
sur les acquis des élèves : le programme permet aux élèves d’acquérir une plus grande connaissance et estime de soi. Ils gagnent en confiance, se montrent investis durant les activités qu’ils attendent avec impatience car elles sont ludiques.
sur le mieux-vivre ensemble : le programme favorise l’empathie et la gentillesse. Les élèves sont plus souriants, plus à l’écoute. Le programme change le regard (entre les élèves, entre les élèves et leur enseignant) et permet d’engager certaines discussions fondamentales avec les parents, créant ainsi du lien entre l’école et la maison.
sur les pratiques des enseignants : Elles évoluent et doivent permettre une cohérence entre la forme et le contenu du programme ainsi qu’avec les comportements. Le programme favorise le développement des projets transversaux en donnant du sens aux apprentissages. Une leçon de bonheur peut-être prolongée par une leçon de vocabulaire (les expressions autour du sommeil, le vocabulaire des émotions), d’expression écrite (écrire une recette du bonheur, rédiger un questionnaire sur le sommeil et s’amuser à le poser aux élèves des autres classes etc.), de mathématiques (tableaux de chiffres et pourcentages autour de la question du sommeil ou de l’alimentation), de sciences etc.
sur l’établissement : On ressent une fierté d’appartenir à une école à la pointe de l’innovation pédagogique, qui fait du bien-être de ses élèves une priorité. Ce sentiment d’appartenance est aussi renforcé par l’organisation de projets interclasses autour des thèmes abordés dans le programme : spectacle des CM1 sur la confiance et le sommeil par exemple, mur de la gratitude CM1/CM2, fresque murale des CM2 représentant un arbre du bonheur etc.

Laure Reynaud, enseignante, formatrice, coordinatrice du programme, fondatrice de Scholaplus

Références :

(1) Jones, V. (2015). Because i’m happy?

(2) Mesures du bien-être des enfants centrées sur l’action des pouvoirs publics des 30 pays de l’OCDE en 2009.

(3) Fenouillet, F. (2013). Bien-être et motivation scolaire. Congrès Francophone de Psychologie Positive, Metz (France)

(4) Seligman, M. E., Ernst, R. M., Gillham, J., Reivich, K., & Linkins, M. (2009). Positive education: Positive psychology and classroom interventions. Oxford review of education, 35(3), 293-311.

(5) Boniwell, I., & Ryan, L. (2012). Personal Well-Being Lessons For Secondary Schools: Positive Psychology In Action For 11 To 14 Year Olds: Positive psychology in action for 11 to 14 year olds. McGraw-Hill International.

(6) Boniwell, I., Osin, E. N., Martinez, C., Osin, E., & Lane, W (in press). Teaching happiness at school: Non-randomised controlled mixed-methods feasibility study on the effectiveness of Personal Well-Being Lessons.

Pour en savoir plus :
www.scholavie.fr
www.positran.fr
Association internationale de psychologie positive (IPPA) : www.ippanetwork.org
International Positive Education Network (IPEN) : www.ipositive-education.net
Association française et francophone de psychologie positive : www.psychologie-positive.net
www.psychologie-positive.com

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account