Et si on éduquait nos enfants à la joie ?

Antonella Verdiani, déléguée générale du Printemps de l’éducation, intervenait en juin 2013 à TEDxVaugirardRoad.com

« Chacun de nous recèle un don, un talent inné qui, s’il est respecté et honoré, nous transformera en être humain heureux, en contact avec sa joie de vivre, en accord avec lui-même et avec les autres.

L’éducation a le devoir de reconnaître ce trésor, de le révéler et d’aider chaque personne à le développer.
Malheureusement, ce n’est pas ce qui arrive ni dans nos écoles, ni dans notre façon de voir l’éducation. Les pratiques de sélection, d’évaluation, de compétition, de non-respect des dons ou des intérêts des enfants sont si courantes qu’elles sont considérées comme banales, normales. Ainsi, elles donnent lieu à ce que l’on pourrait définir une « cruauté ordinaire » que notre monde, notre système éducatif en tête, continue à leur infliger… alors que l’on peut communiquer avec les enfants et éduquer par la bienveillance, l’attention, la confiance.

C’est ainsi que notre monde tue ce qu’il y a de plus noble dans les êtres humains, les enfants en premier : la capacité de rêver, de se projeter dans la vie. (…)
La « bonne nouvelle » (…) est que (grâce à une crise qui devient opportunité de changement), nous assistons aujourd’hui à un phénomène de réveil, de renaissance surtout au niveau local, citoyen. Car de plus en plus d’enseignants, d’éducateurs et de parents, systèmes public ou privé confondus, ont non seulement repris le flambeau des pédagogues visionnaires du passé, mais ils inventent d’autres méthodes, des pratiques nouvelles, centrées sur la liberté des enfants, dans le respect des autres, de la terre, mais aussi de leurs rythmes, de leurs rêves…

C’est pourquoi une alliance pour le renouveau de l’éducation, est née: le Printemps de l’éducation… pour provoquer la rencontre, partager les solutions pédagogiques, en inventer d’autres. C’est une contribution à la transition vers l’action pour l’humanité entière, notre participation de colibris: passer d’une culture de la guerre à une culture de la paix et de la joie de vivre. »

Voir l’article complet du Huffington Post

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account