Connaître le Printemps de l’Éducation

Le Printemps de l’Éducation est un mouvement citoyen né en mai 2012 de la rencontre entre des enseignants, éducateurs, parents, citoyens, enfants, associations, organisations, entreprises et collectivités. Tous ont choisi de s’engager pour permettre aux enfants d’être acteur de leur éducation, de cultiver leur enthousiasme et construire une société plus humaniste, écologique et solidaire.

C’est cette transformation individuelle et sociétale qui est au cœur de la raison d’être de l’association. Le Printemps de l’Education s’est donné pour mission de rendre visible la diversité éducative, valoriser l’apprentissage tout au long de la vie, mutualiser les expériences innovantes, relier les citoyens et les projets sur les territoires, encourager l’action de chacun à sa mesure.

 

SE RENCONTRER & SAVOIR QUI EST DEJA ACTIF PRES DE CHEZ SOI …

…en organisant un Café de l’éducation ou un ciné-action. Des évènements simples à mettre en place pour faciliter les connexions, s’informer, se relier, partager des idées et des projets !

Disponibles sur le site très prochainement, restez informés avec la lettre d’info !!

 

AGIR ENSEMBLE !

Vous avez un projet ? Vous souhaitez apporter votre aide ponctuellement ? Vous recherchez des compétences, des ressources ? Vous voulez échanger des pratiques ?

Le Printemps de l’Éducation est en train de concocter une plateforme qui vous proposera, dans un espace unique, un réseau de membres, un agenda, des petites annonces, des actualités et des outils collaboratifs simples pour passer à l’action et faciliter la coopération !

Mise en ligne prévue début 2018 !

Pour être informés du lancement de la plateforme, enregistrez-vous dès maintenant !!!


 

NOS VALEURS

Le Conseil d’Administration

Antonella Verdiani

Docteur en sciences de l’éducation, ex spécialiste d’éducation à la paix à l’UNESCO, Antonella se consacre actuellement à la recherche et à l’accompagnement de projets éducatifs innovants en France et à l’étranger. Conférencière internationale, elle donne des formations « Eduquer à la joie » pour enseignants et parents (www.educationalajoie.com). Elle est l’auteur du livre Ces écoles qui rendent nos enfants heureux, éditions Actes Sud. Convaincue que le changement doit commencer par une éducation libre et créative, elle est à l’origine du projet Printemps de l’éducation.

Laure Fourteau-Lemarchand

Ancienne avocate à New York et à Paris, spécialisée en droit des affaires puis en droit de l’environnement, Laure Fourteau-Lemarchand s’est orientée en 2009 vers le métier de consultante en stratégie de développement durable auprès des grandes entreprises. Depuis son retour après un an de voyage en Asie avec son mari et ses deux enfants, elle combine son activité de consultante avec celle de professeur de yoga. Elle est également très active dans le monde des fondations et associations valorisant le lien entre l’homme et la nature et plus particulièrement les projets éducatifs innovants dans ce domaine.

Camille Lorenzetti

Toute jeune enfant, je portais un regard curieux et émerveillé sur la vie, aimant découvrir et connaître. Puis à 6 ans, je quittais les rangs se dirigeant vers la classe et faisais école buissonnière. Là, j’entrais dans un autre ordre d’apprentissage, par l’observation et l’exploration de la nature, avec un goût profond de l’aventure, attentive à ce qui se donne à vivre quand nous y sommes disponibles, sentant les forces vives s’éveiller au contact de la beauté, apprenant l’ordre, l’infinie complexité du vivant, la richesse de la vie simple.

Bénédicte Fumey

Membre du Comité exécutif du Club de Budapest France et porte-parole du Pacte civique, Bénédicte Fumey a un parcours de cadre international dans les nouvelles technologies. Passionnée par le développement soutenable, elle mène des recherches sur les mutations sociétales en économie et en politique et sur la résilience de notre civilisation humaine. Elle est aussi très impliquée dans la société civile dans divers projets pour une « civilisation soutenable » : gouvernance démocratique, renouveau de l’éducation, responsabilité sociétale des entreprises, biomimétisme, agroforesterie et agriculture bio-dynamique.

Caroline Sost

Ancienne responsable des ressources humaines dans un groupe, Caroline Sost suit le Master pour le Développement du Leadership Ethique et se réoriente vers l’éducation, avec le souhait de contribuer à une éducation réellement créatrice d’humanité. Elle ouvre en 2007 à Paris Living School, école éco-citoyenne innovante dont la raison d’être est de permettre l’émergence de citoyens épanouis et responsables, contributeurs d’une réelle évolution de l’humanité. L’école accueille 84 enfants de maternelle et élémentaire, forme des centaines de parents et enseignants chaque année et compte ouvrir un collège.

Blandine Swyngedauw

Après 10 ans en entreprise et dans la culture, Blandine souhaite « faire sa part » en œuvrant pour une société humaniste à travers des projets éducatifs au service de l’être et du vivant. Elle co-fonde le Printemps de l’éducation en 2012, accompagne son développement pendant plus de 3 ans (communication, annuaire, veille éducative…). Puis elle coordonne l’édition d’un ouvrage sur l’éducation bienveillante : « Je crois en toi » et accompagne des documentaires indépendants autour de la communication/financement participatif : Etre et Devenir (2014), Tout s’accélère (2016), L’arbre de l’enfance (2017), Le maitre est l’enfant (2017) et enfin Green Teens (présente durant les 4 mois de tournage / sortie 2018).

David Lerebours

Le besoin de réinventer l’éducation est à la hauteur des enjeux de notre société. Enorme ! Et dans un monde en pleine mutation, la mission de l’école doit être d’ouvrir plutôt que d’enfermer, donner confiance en soi et en l’autre, favoriser la prise d’initiative, le partage et la coopération.
C’est sur ce constat que David, après 14 années de conseil en stratégie et la naissance de sa fille, décide de fonder l’Ecole Démocratique de Paris, une école libérée de toute hiérarchie, classe, programme et rythme scolaires, en faveur d’apprentissages autonomes et informels et d’une profonde égalité entre chacun de ses membres, quel que soit leur âge. David est par ailleurs membre d’EUDEC, communauté européenne pour une éducation démocratique.

Emeline Porthe

Professeur de français en collège.

Justine Fesneau

Fondatrice de l’association Parents Professeurs Ensemble.

Mathieu Labonne

Ingénieur Supaéro, ancien chercheur au CNRS sur le climat et expert sur les questions liées au carbone, Mathieu est maintenant directeur du mouvement Colibris et coordinateur du projet Oasis. Il coordonne en parallèle la Ferme du Plessis / Centre Amma, ainsi que la création d’un écohameau. Père de 2 enfants, il souhaite avec le Printemps de l’éducation faire sa part pour une diversité éducative au service des enfants.

Nathalie Casso-Vicarini

Présidente de l’association Ensemble pour l’Education.

Roland Gérard

Très proche de la nature depuis l’enfance, Roland est animateur nature-environnement depuis la fin des années 70. Il est cofondateur du Réseau Ecole et Nature (REN), cofondateur et coprésident du Collectif Français pour l’Éducation à l’Environnement vers un Développement Durable (CFEEDD), cofondateur et coanimateur de l’Espace National de Concertation (ENC) pour l’EEDD et membre du Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE). Fortement impliqué dans le contexte international, il est corédacteur de l’appel de Marrakech pour l’éducation réalisé dans le cadre de la COP 22. Il a participé à la création des deux dispositifs pédagogiques Rouletaboule et Ricochets et de divers ouvrages. Roland assure depuis 1999 la coordination politique des Assises de l’EEDD et a publié de nombreux Articles sur l’éducation à l’environnement.

L’équipe opérationnelle

Marina Forzani – Responsable communication

Marc Farré – Responsable numérique

Ses longues études lui ont permis, non sans peine, d’accéder à un métier intéressant, mais qui n’allait pas changer le cours de l’histoire.
Par contre, le scoutisme, l’association Aide au reboisement en Afrique dont il est le créateur, les difficultés qu’il a traversé avec le système scolaire traditionnel, ses enfants, son épouse Marie professeur des écoles et l’école La Découverte qu’il a co-créé lui ont fait comprendre qu’une autre mission l’attendait…
Passionné d’informatique et spécialisé dans le web depuis 25 ans, il a naturellement proposé son soutien au développement du numérique du Printemps de l’Éducation afin de l’aider à accomplir sa mission. A temps « perdu » en 2016 et en tant que nouveau métier depuis 2017 !

Les premières Rencontres Nationales « Se relier, s’inspirer, agir pour éduquer autrement » se sont déroulées les 21 mars et 22 mars 2015 à la Gaité Lyrique (Paris).
Elles ont été un merveilleux moment de partages et d’émotions, de reliance et d’inspiration dans un esprit constructif, ludique, joyeux et enthousiaste. Nous étions près de 500 personnes chaque jour !

Nous avons reçu plein de retours positifs, des messages de remerciements et de gratitude, des partages constructifs et pleins d’espoir qui sont consignés dans un Livre d’Or.

Si, de ces deux journées, il y avait une seule chose à retenir, ce serait que le changement tant attendu est à déjà l’œuvre ! Découvrez l’album photos de l’évènement et les dessins humoristiques d’Eric Grelet.

Il était essentiel de donner la parole aux enfants et aux jeunes pour qu’ils nous racontent comment ils participent et construisent eux aussi l’éducation jour après jour. Cinq groupes ont initié ce projet avec nous : Euforia France avec les jeunes d’Impact, les jeunes de l’Anacej, les jeunes du Club Dynamique, les enfants de Living School et les enfants de l’école du Colibri.

Merci à tous les bénévoles, facilitateurs, intervenants et participants pour leur présence et soutien.

Le film « Des colibris préparent le printemps » réalisé par Anne Barth et Laure Baudouin et présenté en plénière d’ouverture retrace donc le processus collaboratif de préparation de l’intervention des enfants de l’école du Colibri à l’occasion de ces rencontres nationales.




Après l’intervention des enfants de l’Ecole du Colibri et de Living School devant 450 personnes, Thomas d’Ansembourg abordait la notion d’intériorité citoyenne : accéder à nos ressources intérieures pour nous réaligner avec notre élan de vie et nos valeurs profondes afin de permettre au niveau collectif une société plus durable, écologique et solidaire.



Le dimanche, les acteurs du renouveau éducatif ont fait part de leur discours commun « Ce qui nous réunit ».

Pour rappel : Programme détaillé des rencontres

Nous avons souhaité profiter de la dynamique de l’évènement et de la présence des comités locaux pour organiser la première Assemblée générale du Printemps de l’éducation (lire le procès verbal).

De nombreux partenaires se sont associés au Printemps de l’éducation pour notre premier grand évènement et nous les en remercions.


Logos

Au delà des spécificités des différents mouvements éducatifs et pédagogiques qui font le paysage éducatif actuel, il s’agit de créer un espace de rencontre et de conversation par et pour ces acteurs afin de devenir une force de proposition qui pose les premiers éléments d’une vision éducative commune riche de l’identité et de l’expérience de chacun. Une vision ouverte qui favorise la diversité et la liberté pédagogique et ambitionne de faire bouger les politiques publiques en les inspirant.

L’idée de la rencontre « Ce qui nous réunit » a émergée lors d’un échange entre Isabelle Peloux, fondatrice de l’école du Colibri du centre agroécologique des Amanins, et Antonella Verdiani, co-fondatrice du Printemps de l’éducation, lors d’une Rencontre des acteurs du changement éducatif aux Amanins (novembre 2014).


Vidéo du discours commun des acteurs du changement éducatif, rassemblés à la Gaieté Lyrique à l’occasion des 1ères Rencontres Nationales du Printemps de l’Éducation, les 21 et 22 mars 2015

Christophe-Andre

Christophe André

Médecin psychiatre, auteur et conférencier

« L’école ne peut plus aujourd’hui se contenter de préparer les enfants à s’adapter à notre société, mais aussi à la changer. Elle ne peut plus être une antichambre fabriquant à son corps défendant des compétiteurs, des consommateurs, et bon nombre d’exclus. Elle doit reprendre sa place de lieu le plus important – de très loin – de la République : un lieu où l’on apprend le goût du travail, mais aussi celui du bonheur, de l’estime de soi, du respect et de l’amour des autres et de la nature. Ce n’est pas utopique, c’est vital. Des solutions existent déjà : il importe maintenant de les faire connaître, d’en expérimenter d’autres encore. C’est pourquoi je soutiens avec enthousiasme le Printemps de l’éducation ! »

Claire Heber-Suffrin

Claire Héber-Suffrin

Cofondatrice des réseaux d’échanges réciproques de savoirs

« Que vive le printemps de l’éducation pour que, partout et toujours, chaque enfant – chaque jeune – soit accompagné avec une extrême bienveillance dans son mouvement de vie ; pour que soient reconnues ses richesses en savoirs et en curiosité ; pour que soient déployés ses pouvoirs d’agir, de penser, d’apprendre et de créer ; pour qu’il puisse expérimenter la chance des belles relations et de la réciprocité positive ; pour qu’il se découvre élaborateur du bien commun. »

Denis Marquet

Denis Marquet

Thérapeute, coach parental et romancier

« Je me sens en affinité complète avec cette initiative et j’ai conscience de l’importance et de l’urgence d’agir aujourd’hui pour un renouveau de l’éducation dans l’esprit que nous partageons. C’est avec plaisir et fierté que je parraine le Printemps de l’éducation. »

Pierre_Rabhi_LAZIC_petit

Pierre Rabhi

Agriculteur, écrivain et penseur, pionnier de l’agroécologie

« Je suis très honoré et ému d’avoir été sollicité par le Printemps de l’éducation pour en être un des parrains. Cette initiative est de première importance dans le contexte de la société plané- taire d’aujourd’hui. LE TEMPS de la double interrogation “quelle planète laisserons-nous à nos enfants, quels enfants laisserons-nous à la planète ?” EST PLUS QUE VENU dans le contexte d’une société qui, pour avoir négligé l’humain et la nature pour le profit aveugle est en déserrance et ne sait où elle va, tout en y allant résolument. Je souhaite de tout mon cœur une éducation qui ne se fonde plus sur l’angoisse de l’échec, mais l’enthousiasme d’apprendre. Une éducation qui révèle l’enfant à lui-même tout en lui révélant les richesses, l’énergie et la beauté qu’offre le monde. Une éducation qui abolisse le “chacun pour soi” pour exalter la puissance de la solidarité. Une éducation où le pouvoir de chacun soit au service de tous. Je suis très sensible aux projets permettant aux enfants d’être ensemble, autrement, de coopérer, réfléchir, apprendre… Par conséquent, je ne peux que me réjouir de cette belle initiative ! »

Thomas_Ansembourg

Thomas d’Ansembourg

Spécialiste de la communication non violente

« Tous les jours les violences, les addictions, l’habitude des rapports de force, la consommation d’antidépresseurs, les suicides de jeunes de plus en plus jeunes, nous rappellent qu’il est urgent pour nous de faire des apprentissages nouveaux. Ceux-ci notamment, bien qu’ils soient essentiels pour bien vivre ensemble, ne figurent pas encore dans les programmes scolaires : la connaissance de soi, clé de l’estime de soi, le respect intime de soi, clé du respect profond de l’autre, la force intérieure, l’assertivité et la bienveillance structurantes, l’écoute et l’empathie, la capacité à accueillir la différence sans la vivre comme une menace, la capacité à traverser les désaccords sans les vivre comme du désamour, la capacité à aligner sa vie sur son élan de vie et de trouver donc ce qui fait sens pour chacun, la créativité… et bien d’autres. Je suis donc très heureux de parrainer le Printemps de l’éducation, avec lequel je me sens tout à fait en phase. Ce projet citoyen mise sur notre plus grande force : notre pouvoir individuel, non seulement de contribuer au changement social, mais d’entraîner celui-ci. »

Laurent_gounelle_credit photo_ Zoe_Gardeur-petit

Laurent Gounelle

Ecrivain, auteur de « L’homme qui voulait être heureux »

« L’éducation fait partie des thèmes qui me tiennent le plus à cœur. Pour dire les choses positive- ment, elle est en France l’un des domaines pour lesquels les marges potentielles de progrès sont les plus importantes… L’initiative du Printemps de l’éducation est salutaire : elle peut conduire à changer la vie des enfants, puis des adultes qu’ils seront un jour. Non seulement au niveau de leur acquisition du savoir, mais aussi et surtout dans leur relation aux autres et, par extension, leur vision de la vie. A terme, c’est toute la face de notre pays qui peut être changée, pour le bien de tous. »

Isabelle_Peloux_petit

Isabelle Peloux

Fondatrice de l’école du Colibri

« Chaque enfant est unique et doit être éduqué pour être en paix avec lui-même, avec les autres et avec son environnement. La transformation écologique qui s’impose devra être accompagnée d’un écologie relationnelle. Plus que jamais l’éducation doit accompagner l’apprentissage de la coopération, plus que jamais il faut comprendre que la coopération cela s’apprend. Je soutiens avec enthousiasme le Printemps de l’éducation. Ensemble semons les graines de valeurs comme la joie, la solidarité et la fraternité. »

Isabelle Filliozat

Isabelle Filliozat

Psychothérapeute, conférencière, écrivaine

« Le monde a changé et le monde de l’éducation a besoin d’évoluer. Les faits sont là, l’école d’aujourd’hui faillit à nombre de ses missions. Le vœu de promotion d’une plus grande égalité sociale est déçu. Le nombre d’élèves en difficulté augmente. L’égalité homme femme n’est pas plus au rendez-vous. Les études PISA montrent que même sur le plan des compétences académiques, jadis l’orgueil des français, nous sommes à la traine. L’école est aussi une zone de non droit pour les enfants puisque neuf punitions sur dix qui leur y sont infligées sont interdites par la loi, sans que personne ne s’en soucie.
Et par dessus tout, les enfants n’y sont pas heureux. Nos collégiens s’y ennuient massivement. Un enfant sur quatre chaque année ne s’y ferait pas d’amis, et 6 à 7% y sont victime de harcèlement. Echec scolaire, élèves découragés, décrochages, phobies scolaires en augmentation… Le paysage n’est pas rose. À qui la faute ? Non, cessons de nous renvoyer la responsabilité. L’Education est l’affaire de tous, et tous nous avons à nous sentir concernés. C’est ensemble que nous opérerons les changements nécessaires pour construire l’école dont nous n’osons pas même rêver tant nous sommes habitués à notre système scolaire.
Des désirs de changement, des initiatives, des propositions nouvelles surgissent un peu partout, mais seul, on ne va pas très loin. Le Printemps de l’Education est une superbe initiative citoyenne pour coordonner nos actions. 
Depuis longtemps je milite pour une école où les enfants auraient envie d’aller, une école qui respecte leurs besoins et leurs droits et leur permettent d’apprendre. C’est donc bien volontiers et tout naturellement que je soutiens le Printemps de l’éducation. »

Antoine_Lemarchand

Antoine Lemarchand

Président de Nature et Découvertes

« Notre époque est caractérisée par un incroyable déficit de confiance qu’ont les Français vis- à-vis de leurs concitoyens mais également vis-à-vis des institutions. Nous composons un pays où la défiance nous empêche d’avancer, de prendre des risques et surtout de voir l’avenir avec optimisme. L’une des causes de ce sentiment est un système éducatif pyramidal où la prise de notes compose la majeure partie du temps scolaire alors que l’enfant devrait apprendre à travailler et construire de manière collaborative… pour justement développer cette fameuse confiance en autrui. L’un des quatre piliers de la mission de Nature & Découvertes depuis sa création il y a 23 ans est de favoriser l’éducation à la nature en organisant plus de 4000 ateliers et sorties. Longue vie au Printemps de l’éducation pour aller encore plus loin ! »

Patrick_Viveret

Patrick Viveret

Philosophe, conférencier et essayiste altermondialiste

« Tout être humain est porteur de potentialités créatrices qui sont trop souvent négligées par le système économique dominant. Celui-ci réduit l’éducation à une simple formation adaptatrice. C’est tout l’enjeu d’une belle initiative comme le Printemps de l’éducation que de replacer l’éducation au centre des projets de vie de chacun, afin que tout être humain puisse exercer son premier métier qui est celui de chef de projet… chef de projet de sa propre vie ! »

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account